6 erreurs SEO à éviter pour un ecommerce

Beaucoup de sites ecommerce de petite et moyenne tailles négligent l’aspect SEO de leur site et passent à côté d’un trafic à coût quasi nul. Quel dommage !

Il ne faut surtout pas croire qu’il suffit d’insérer des centaines de pages de produits sur un site ecommerce pour avoir du trafic naturel provenant des moteurs de recherche, mais ce n’est pas si simple que cela !

Un site ecommerce a en effet de nombreuses pages qui sont mises à jour régulièrement, ce ne sont pas des pages statiques comme sur un blog par exemple, certaines pages sont éliminées lorsque les produits ne sont pas en vente, de nouvelles fiches produits apparaissent sur le site…Voici 6 erreurs à éviter pour améliorer le SEO d’un site ecommerce :

1. Pas de description produit

Un site ecommerce qui publie des fiches produits sans texte descriptif peut le faire s’il est en situation de monopole sur son marché ou s’il sait qu’il y a très peu de concurrents. Par contre, si le produit est vendu par des dizaines d’autres sites, il est alors crucial de soigner la description des fiches produits pour améliorer sa position SEO dans les moteurs de recheche. Les moteurs de recherche se basent avant tout sur le contenu sémantique du site pour effectuer le classement des sites dans les résultats de recherche, et du coup si vous publiez seulement des photos du produit vous passez à côté des moteurs de recherche !

Une fiche bien remplie donne de nombreuses informations aux moteurs de recherche. Evitez au maximum de publier des fiches pauvres comme ci-dessous :

seo shoes

 

Comptez le nombre de mots présents sur la fiche produit (slidebar, footer…) par défaut (morceaux de texte présents lors de l’achat de la fiche et que vous n’avez pas touchés) et essayez de rédiger une description produit au moins supérieure à celui-ci pour créer un bloc de contenu qui retiendra l’attention des moteurs de recherche par exemple.

2. Utiliser la description des producteurs

Les sites ecommerce peuvent acheter leurs fiches produits à des sociétés spécialisées dans la rédaction de celles-ci ou publient souvent les fiches des producteurs. C’est bien plus rapide et facile pour lancer un site, certes, mais le problème est que de nombreux sites compétiteurs ont les mêmes fiches produits ! Et Google sanctionne les contenus similaires : autant dire que pour Google, un site ecommerce qui utilise les fiches produits qui sont publiés sur des dizaines de sites déjà n’apporte aucune valeur ajoutée et aura donc beaucoup de mal à attirer du trafic grâce à ses fiches produits.

La duplication du contenu est à éviter à tout prix pour améliorer le SEO d’un site, ecommerce ou non.

Pour attirer du trafic, il est plus judicieux de rédiger soi même les descriptions des produits. Si vous avez des centaines de produits publiés, le travail manuel peut devenir colossal, mais pas de panique : vous pouvez dans un premier temps vous focaliser sur les fiches qui ont le plus de visiteurs (utilisez Analytics pour comprendre quelles sont les pages les plus visitées et donc les produits qui potentiellement doivent avoir des fiches optimisées SEO en priorité). Si vous voyez que 10 produits en particulier attirent un grand nombre de visites (produits qui ont un prix bas par rapport à vos concurrents et qui ont donc plus de visibilité sur les comparateurs de prix par exemple, ou alors des produits que vos concurrents n’ont plus en stock), alors ne perdez pas de temps et améliorez vite leurs fiches.

L’écriture de textes uniques sera vite récompensée per Google, le jeu en vaut la chandelle !

3. Peu voire pas de commentaires

Plus de la moitié des cyber acheteurs lisent les commentaires des clients avant d’acheter un produit. Faites un tour sur Amazon et vous comprendrez que les commentaires des clients sont primordiaux : outre leur utilité dans la décision d’achat, ils représentent un gros plus pour les moteurs de recherche. En effet, un commentaire laissé par un internaute sur un site est un élément pris en considération de manière positive par les moteurs de recherche qui verront que la fiche produit sur laquelle il y des commenataires est une page « vivante » qui a un contenu unique et riche d’intérêt car en relation direct avec le sujet abordé.

Une astuce : laissez la possibilité à tous les internautes de laisser des commentaires sur le produit, aussi bien les personnes qui ont acheté le produit mais aussi les personnes qui ne l’ont pas acheté. Vous augmentez ainsi le nombre de commentaires potentiels (contrôlez toujours les commentaires rédigés avant de les publier).

4. Ne pas optimiser les produits selon les requêtes faites sur les moteurs de recherche

Optimiser un ecommerce passe par l’étude des requêtes faites par les internautes pour trouver un produit sur les moteurs de recherche.

Que recherche une personne qui souhaite acheter un ordinateur portable sur internet ? Votre fiche produit est-elle optimisée SEO pour répondre à la requête et figurer ainsi parmi les premiers résultats de la recherche sur Google ?

Soignez vos balises H1 de sorte à reprendre les termes les plus recherchés par les internautes, car les balises H1 ont un rôle très important pour la SEO. Quelques exemples qui vous aideront à optimiser votre fiche produit :

– insérer la marque du produit dans le tag H1 et dans le titre da la page ;

– donner un attribut alt aux images ;

– ne pas répéter trop souvent la keyword liée à l’objet en vente (ce serait contreproductif pour les moteurs de recherche qui pourraient croire qu’il s’agit de spam) ;

– ne jamais utiliser iframe pour visualiser le contenu.

5. Des titres dupliqués

Avoir des tag title dupliqués est un élément qui sanctionne votre le SEO d’un ecommerce. Imaginez un site qui vend des chaussures et qui écrit sur la plupart des ces produits « sneakers homme » : comment faites-vous pour différencier les produits ? La question se pose pour les moteurs de recherche également !

pour créer des titres différents entre les même familles de produits vous pouvez suivre le schéma suivant :

Marque > Modèle > Typologie du produit

 Cela crée déjà un clé de lecture appréciable d’un point de vue SEO.

6. Avoir des URL non optimisées

Les URL (Uniform Ressource Locator) sont prises en compte par les moteurs de recherche et jouent donc un rôle dans le positionnement de votre site. Pensez à donner à vos url des keywords rich qui optimiseront votre référencement SEO.

Si par exemple je souhaite acheter le livre « Optimiser son référencement Web pour les nuls », vous verrez que sur le site d’Amazon le livre se trouve sur à l’adresse url suivante :

seo amazon

Comme vous pouvez le vor, l’url est optimisée car elle reprend le nom du livre recherché sur Google per l’internaute.

Si par contre on avait l’url (inventée) suivante :

seo amazon2

celle -ci ne serait pas optimisée pour les moteurs de recherche !  Aucun élément en effet ne permet lors de la lecture de l’url par un être humain de comprendre qu’il s’agit d’un livre sur le SEO.

Evitez de publier dans l’url uniquement l’id du produit par exemple et reprenez l’architecture des catégories et sous-catégories  du site.

Grâce à des url optimisées SEO, vous récolterez de nombreux avantages :

– les internautes peuvent se faire une idée de ce que contient la page avant de même de cliquer sur l’url ;

– une url trop longue ou illisible pourrait être interprétée comme spam ;

– si des sites ont mis un lien vers votre page, le fait d’avoir des keywords dans l’url garantit la présence de keywords dans l’anchor text.

Pour conclure, ne perdez pas de vue que Google valorise les sites friendly d’un point de vue navigation, c’est à dire que votre site doit répondre aux besoins des internautes et doit donc être fonctionnel. Plus de temps passera une personne sur votre site, plus de pages elle consultera, moins le taux de rebond sera élevé, plus Google appréciera votre site et donc vous mettra en avant dans les résultats de recherche ! Le trafic SEO pour un site marchand est une grande aubaine, ce serait dommage de s’en priver vu le coût d’acquisition moyen tous canaux confondus !