Les « business model » pour augmenter l’audience d’un site marchand

Article mise à jour le: 23 février 2012

Prenez un instant avant de commencer la lecture (merci!) pour découvrir mon nouveau projet: Vous êtes une PME et souhaitez analyser vos données commerciales, sans investir beaucoup ni embaucher un data scientist? DataInsightOut est fait pour vous! Venez en apprendre plus sur le site et consulter le blog.

Commencer l'analyse de données

Internet fascine nombre d’entrepreneurs. Cependant n’est pas entrepreneur dans le Web qui veut et une bonne connaissance des différents business model est un préalable à la création d’un site Web marchand.

Booster ses ventes sur internet n’est pas à la portée de tout le monde : après avoir optimisé votre site, acquis de nombreux backlink (liens provenant de d’autres noms de domaines interprétés par les moteurs de recherche dont Google comme des « votes » pour votre site), il vous faudra acquérir du trafic supplémentaire pour rentabiliser votre entreprise.

Les responsables Web sont en charge de faire croitre le trafic du site marchand pour lequel ils travaillent. Outre les optimisations SEO (Search Engine Optimization), ces responsables marketing vont recourir à différents moyens pour « aller chercher » du trafic, et consacreront une part plus ou moins importante de leur budget marketing à des « sites affiliés ». Des sites qui vont faire la promotion de certains produits en échange d’une rémunération.

On distingue principalement 3 types de rémunération dans le secteur du Web employés par les e-marchands pour faire croitre leur audience Web.

Le CPC ou la rémunération au clic

Le cpc est la rémunération perçue à chaque clic par un affilié. L’affilieur paiera son affilié pour chaque clic envoyé. C’est le principe même de la régie Google Adsense. Ce type de business model internet n’est rentable pour le site affilié que lorsqu’il  est capable de générer beaucoup de trafic. Les rémunérations peuvent aller de quelques centimes et certains mots clés peuvent s’acheter très chers sur Google.

Certains comparateurs de prix utilisent ce système de rémunération et font payer les annonceurs pour chaque clic envoyé chez celui-ci.

Est-ce cependant négatif ? Pas tout à fait : prenons le cas d’un marchand de meubles avec un prix élevé. Ce marchand devra « bruler » du trafic avant de réaliser une vente : mais quelle vente ! Faisons un exercice : admettons que le marchand paie 0,1€ par clic apporté vers son site. Avec un taux de conversion à 1%, il lui faudra 100 visites pour effectuer une vente soit 10€ déboursés pour générer une vente : Générer une vente lui aura coûté 10€.

Le CPA ou Coût par action

Le CPA propose un mode de rémunération basé sur la performance : une commission sera perçue sur chaque vente. Cela implique que le trafic envoyé par l’affilié soit suffisamment qualifié et bon pour pouvoir générer des ventes.

Le risque est donc bel et bien partagé : d’une part l’annonceur ne versera de commission que lorsqu’une vente aura été réalisée, de l’autre les affiliés (encore appelé publishers) ne toucheront de rémunération qu’en fonction de leur capacité à délivrer du « bon » trafic.

C’est souvent le type de business model préféré par les annonceurs (on aura compris pourquoi).

Le CPL ou Coût par lead

Le lead est ce que les anglo-saxons appellent le contact. L’objectif est ici de rémunérer le site affilié que lorsqu’il renvoie des contacts : l’internaute est invité à remplir des formulaires de contact. Cela est très utile pour des industries très spécialisées qui en général déploient d’importants moyens pour prospecter des clients (typiquement des banques ou des assurances).

Cliquez, partagez!

Le coin des achats professionnels