Une évolution de carrière a l’étranger?

J’ai eu l’occasion de me poser cette question a de nombreuses reprises alors que j’étais en poste a Londres et je souhaitais partager quelques conseils avec vous.

Passés les premiers mois d’euphorie dans son nouveau poste, la période d’essai étant terminée, vient le moment de se poser la question de votre évolution de carrière.

Déjà que trouver un job à l’étranger peut s’avérer difficile, beaucoup s’estiment au plus profond d’eux-mêmes heureux d’avoir pu concrétiser leur rêve en étant parti a l’étranger et son prêt à remiser leurs ambitions au placard.

Rester ou partir ?

C’est le moment de décider combien de temps vous comptez rester dans le pays. Votre pays vous manque-t-il ? Allez-vous acheter un logement à l’étranger ? La question de l’évolution de carrière entraine obligatoirement ce genre de questions. C’est le bon moment pour y répondre. Votre venue dans le pays en tant qu’expatrié, avait-elle été prévue pour une longue période ou pour une courte période ?  Avant de penser évolution de carrière dans le pays d’accueil, c’est à mon avis la première question à laquelle vous devez répondre.

Définir son projet professionnel

Le  job dans lequel vous êtes actuellement vous plait-il ? S’inscrit-il dans le cadre de votre formation initiale ? Correspond-il à vos attentes ? Vous voyez vous évoluer dans cet environnement ?

Rester dans la même société ? Apprenez à vous valoriser !

Oui finalement, si vous avez décroché un emploi et que vous êtes toujours en poste, c’est que vous le méritez.  Vous réalisez un bon travail. Vous avez franchi toutes les étapes traditionnelles avec un handicape : celui de la langue.

Dites vous dans ce cas que vous êtes armé pour une évolution de carrière.

Pensez comme un recruteur

Faites un sondage autour de vous : pour pourvoir a votre poste, l’entreprise a-t-elle mis du temps ? Est-elle passée par un cabinet de recrutement ? Votre profil vaut peut être de l’or. Faites  un test : mettez en ligne votre CV et voyez combien de coups de téléphone ou de mail de chasseur de tête vous recevez. Ce sera le signe pour vous.

Votre boss fera son maximum pour vous garder si vous donnez satisfaction. Chaque recrutement a un cout : celui du cabinet de recrutement, mais aussi un cout d’intégration, le candidat sélectionné va-t-il correspondre au poste ? Et si vous partez, votre supérieur risque de mettre du temps avant de trouver quelqu’un pouvant vous remplacer.

Encore un signe qui peut vous donner l’assurance pour négocier une évolution de carrière. J’ai vu beaucoup de personnes prêtes à accepter des stages ou timides à l’idée de négocier une évolution de poste mais c’est un point qu’il faut constamment garder a l’esprit.

Rester dans sa société ou changer de boite ?

Votre valeur sur le marche du travail local a augmenté : lorsque vous êtes arrives dans le pays, vous ne maitrisiez pas autant la langue, toutes les formalités administratives n’étaient pas faites et… rien ne pouvait a priori laisser penser que votre intégration dans le pays et dans votre job réussirait.

Beaucoup de recruteurs préfèrent embaucher quelqu’un ayant eu une expérience au préalable plutôt que d’embaucher un nouvel arrivant qui risque de repartir. Il est cependant fortement conseille pendant l’entretien de montrer que son intégration s’est bien passée afin de rassurer le potentiel futur employeur sur le fait qu’après quelques mois la soudaine envie de repartir en France ne vous prendra pas.

Si vous avez aime l’article, merci de cliquer sur le bouton « like », cela permet au site de se faire connaitre.