4 points pour raconter une histoire autour des chiffres

Article mise à jour le: 23 février 2012

« Faire par les les chiffres ». Presque au sens propre.

La difficulté dans les chiffres n’est pas de les comprendre. Le plus important est de raconter une histoire autour de ces chiffres. Isolés, les chiffres ne veulent rien dire.

Les chiffres en prennent du sens que lorsqu’il sont mis dans un contexte. Ils prennent du sens quand ils sont articulés autour de projets, d’hommes.

Lors de la présentation de chiffres, de résultats, vous pouvez soit présenter les résultats de façon très plate et sans relief, soit ne pas présenter la totalité des chiffres mais préférer raconter une histoire autour des chiffres clés.

Voici quelques points pour apprendre à raconter des histoires autour des chiffres lorsque vous faîtes une présentation ou un reporting.

1) Le diable est dans le détail

Pour commencer à raconter une histoire autour des chiffres, la première chose à faire et de les parcourir en profondeur. Tous les chiffres, dans leurs moindres détails.

C’est souvent dans le détail que vous allez vous rendre de points « anormaux », différents. Ces points peuvent être insignifiants dans 90% des cas mais peuvent être dans les 10% restants porteurs de sens et appuyer votre thèse. Parcourez les chiffres et n’oubliez pas les ratios plus modestes.

Pour raconter une histoire, il faudra vous assurer auparavant qu’aucuns chiffres ne viennent invalider votre thèse par la suite pour cause d’analyse trop rapide ou pas assez en profondeur.

2) Participez à de très nombreux meetings.

Il est impossible de raconter une histoire si vous coupez les chiffres des hommes au sein d’une entreprise.

Pour faire du storytelling autour des data, vous devez vous imprégner au maximum des projets, des hommes et des objectifs de l’entreprise. Chaque projet à deifférentes étapes, des points de blocage, des conflits sur les ressources…. autant d’éléments qui, s’ils vous échappent, peuvent vous faire passer à côté de l’essentiel et risque de rendre votre discours creux auprès de votre auditoire -souvent constitué par des opérationnels.

Passez du temps dans les meetings à écouter, observer les dynamiques relationnelles entre les différents membres et à noter. Cela vous servira quand il s’agira de faire passer du sens autour des datas.

3) Concentrez-vous sur l’essentiel

Raconter une histoire autour des chiffres, c’est prendre une position. Comme les instituts de sondage, on peut raconter beaucoup de choses autour de chiffres.

Vous allez analyser et arriver à des conclusions. Ces conclusions issues de votre analyse vont vous servir d’armature logique à votre pensée et donc rendre votre analyse et vos déductions difficilement attaquables -hors erreur de logique ou de cheminement de la pensée, bien évidemment.

Une fois que vous arrivez à une conclusion, il est inutile de dérouler la totalité de la trame à vos interlocuteurs mais préférez communiquer avec eux en n’utilisant que les chiffres clés, ceux qui vont vous aider dans votre argumentation.

 4) Soyez « visuels »

L’idée est dans le ton adopté.

Vous connaissez certains meetings ou un contrôleur de gestion débite platement et froidement les résultats et laisse les opérationnels mettre du sens. Rien de plus ennuyeux, d’autant qu’il donne l’impression de ne pas comprendre de quoi il retourne.

L’idée est de prendre du recul sur les chiffres et d’adopter des « images » pour communiquer.  Steve Jobs vendait non pas un appareil qui faisait 250 méga mais qui pouvait stocker 1000 chansons. La différence est dans la façon de présenter l’information.

Le coin des achats professionnels