Archives des Logiciel - Page 7 sur 8 - Reporting business

Logiciel

Retrouvez plein d’informations sur les logiciels professionnels

Mona Planning : une nouvelle application d’élaboration budgétaire

Logiciel (2015/05)

Le groupe Sigma Conso vient d’élargir son offre avec le lancement d’une nouvelle application budgétaire : Mona Planning.

Pour lancer ce nouveau produit Sigma Conso s’est associé avec Prevero, l’éditeur allemand de solutions CPM (Corporate Performance management). Grâce à ce partenariat, SIgma Conso peut proposer le logiciel d’élaboration budgétaire de Prevero pour ainsi se développer également à l’international. Lire la suite

L’emailing pour PME grâce à MailChimp

Logiciel (2015/05)

Si communiquer régulièrement auprès des clients et des prospects est essentiel pour une marque, rares sont celles qui le font correctement. Les PME doivent plus que les autres types de structure communiquer sans cesse sur leurs nouveautés et innovations pour sortir du lot, se démarquer, fidéliser et faire revenir les clients tout en prospectant de nouveaux clients. Le problème est que les moyens financiers et humains pour mettre en œuvre cette communication sont souvent limités. Mais ça, c’était avant. Lire la suite

5 conseils pour bien choisir un logiciel RH pour PME

Logiciel (2015/05)

Vous souhaitez choisir un logiciel RH pour votre PME ? Comme toutes les offres sur le marché ne ressemblent pas, voici plusieurs paramètres à prendre en compte lors du comparatif de ces logiciels dédiés aux ressources humaines. Lire la suite

Reporting et tableaux de bord : une alliance efficace

Logiciel (2015/04)

D’un côté les commerciaux sont habitués à faire du reporting de suivi de leurs chiffres, de l’autre les contrôleurs de gestion et les financiers font des tableaux de bord pour monitorer et analyser l’activité. Reporting et tableaux de bords sont deux concepts différents, qui sont très utiles pour piloter l’activité de l’entreprise : ils s’avèrent être complémentaires et permettent de prendre les bonnes décisions.

Le vieux clivage entre les secteurs marketing/commercial et les secteurs finance/gestion se retrouvent dans la manière d’appréhender les outils de pilotage de l’activité : beaucoup de commerciaux voient d’un mauvais oeil leurs collègues travaillent en gestion ou en finance car ces derniers effectuent des reporting en tout genre et demandent des comptes à la direction commerciale. Les tableaux de bord sont souvent considérés comme une perte de temps et un moyen de contrôle, mais détrompez-vous : les reporting peuvent aider les commerciaux dans leur gestion quotidienne à devenir plus efficaces !

Les équipes commerciales sont amenés à remplir des tableaux se suivi pour savoir comment s’est déroulée la semaine de travail et quels sont les objectifs atteints. Ainsi, les commerciaux font un reporting commercial, nécessaire à la direction commerciale, dans lequel ils mettent les dates de leurs rendez-vous chez les clients, le compte rendu des visites, le nombre de contrats signés, les valeurs marchandes des contrats, les délais de commande, les typologies de clients et bien d’autres informations selon les besoins du siège. Le reporting d’un commercial est un outil de suivi individuel qui permet par exemple de faire point le point avec son supérieur pour analyser l’évolution de sa propre gestion de l’activité.

Le tableau de bord doit contenir en revanche les indicateurs liés à l’activité commerciale des équipes. Il doit être compréhensible en quelques secondes et agréable à lire : un bon tableau de bord doit contenir entre 5 et 10 indicateurs clés qui permettent de juger l’activité rapidement. Au delà de 10 indicateurs, la tableau de bord devient trop lourd à gérer et trop confus, et donc perd ce pour quoi il doit être conçu ! Le tableau de bord utilise les données du reporting, c’est une synthèse qui permet de rendre compte de l’activité globale (le reporting est plus individuel). Le tableau de bord permet de faire des comparaisons entre les objectifs et les résultats.

Pensez à le rendre agréable à lire en y ajoutant par exemple des graphiques. Ne chargez pas le tableau de bord avec trop de données, et pensez à mettre en place un système de couleurs pour mettre en évidence les principaux chiffres (par exemple en choisissant la couleur rouge pour les données négatives, le vert pour les croissances à deux chiffres…).

Le tableau de bord peut aussi vous permettre de créer des alertes automatiques, très utiles : si par exemple un indicateur est dans le rouge pendant plus d’un mois ou si vous constatez un écart négatif de plus 20% par rapport aux prévisions, vous pouvez envisager de créer un email automatique à envoyer à vos collaborateurs pour leur signaler le point.

Le tableau de bord peut être revu avec le temps bien évidemment, il ne s’agit pas d’un outil figé dans le temps. Vous pouvez le modifier selon vos besoins en ajoutant ou en retirant certaines données. Si vous mettez en place une offre promotionnelle pendant plusieurs semaines sur une famille de produits, il peut être intéressant d’intégrer l’évolution du CA de cette famille de produits pour analyser régulièrement l’effet de la promotion.

Pensez également à récolter les feedbacks de vos collaborateurs sur la construction du tableau de bord et sur l’utilisation qu’ils en font. Les commerciaux doivent apprendre à travailler avec cet outil de pilotage pour avoir une vision globale de leur travail, et ne pas se limiter à un reporting hebdomadaire ou mensuel. Ils doivent comprendre grâce aux données récoltées, analysées et présentées quels sont leurs points forts et quelles sont leurs lacunes, et en tirer les conclusions.

Pour des postes où le salaire variable est un élément clé de la rétribution, un tableau de bord bien fait reprenant en partie les informations issues du terrain présente dans le reporting est un outil pertinent pour améliorer l’efficacité, et donc augmenter les ventes et motiver les équipes.

Plusieurs logiciels décisionnels comme MyReport (logiciel du groupe Mismo) sont disponibles sur le marché pour réaliser des tableaux de bord professionnels adaptés à vos besoins. Selon une étude réalisée par Mismo auprès de ses utilisateurs, 86% des personnes utilisant le logiciel décisionnel ont reconnu avoir gagné en productivité.

Une méthode sur Qlikview pour faire un P&L (compte de résultat)

Logiciel (2015/04)

Si vous travaillez en finance et que vous devez créer rapidement un compte de résultat en utilisant Qlikview, ce qui va suivre va vous intéresser au plus haut point… Lire la suite

Sugar Crm et la notion de “lead”

Logiciel (2015/04)

Si vous utilisez un logiciel de CRM et plus précisement Sugar CRM, la notion de “lead” n’est pas forcément très intuitive. Lire la suite

Armée : un marché de 128 millions pour Sopra

Logiciel (2015/04)

Mercredi 22 avril 2015, l’annonce a été faite par le Ministère de la Défense : Sopra et sa filiale HR Software ont été choisis par l’Etat pour réaliser le nouveau logiciel de paie des militaires français. Valeur totale du marché : 128 millions d’euros.

Cette décision aura sans doute été longuement étudiée par les hauts représentants de l’Etat quand on sait que la solution Louvois (logiciel construit adhoc en 2011 pour gérer les rétributions des militaires) s’est révélée être un grand fiasco économique qui a coûté tout de même plus 500 millions d’euros à l’Etat ! Le logiciel Louvois avait été voté au début des années 2000 mais mis en place seulement au début des années 2010.

Le logiciel Louvois a été largement critiqué et a rencontré de nombreux bugs de fonctionnement durant ces années de fonctionnement ; trop lourd à gérer et surtout peu fiable car le logiciel tend à sous estimer le salaire de certains militaires et à surestimer le salaire d’autres (environ 10 000 militaires sont concernés per ces erreurs de calcul de rétribution chaque mois).

Pour pallier les lacunes du logiciel sur les fiches de paie, l’Etat s’appuie sur une équipe de 700 personnes basée à Nancy. Les dysfonctionnements de Louvois coûtent d’après les estimations entre 150 et 200 millions d’euros chaque année.

Source Solde, nom donné au nouveau logiciel Sopra pour gérer les salaires, sera dans un premier temps testé en 2016 pour être ensuite déployé opérationnellement en 2017. Ce nouveau logiciel de paie devra gérer les rétributions de 250 000 militaires. Le logiciel Louvois ne sera pas pour autant abandonné à 100% et restera partiellement utilisé, en binôme avec la nouvelle solution Source Code.

Sopra démontre une fois de plus sa capacité à accompagner informatiquement les grandes entreprises et les grandes administrations franaçaises grâce à ses solutions reconnues pour leur fiabilité (12 millions de dossiers sont gérés au niveau mondial par les progiciels de Sopra HR Software et un employé de la fonction publique sur deux en France en bénéficie).

La belle croissance de Talentia Software

Logiciel (2015/04)

L’éditeur de logiciels Talentia Software, société spécialisée dans l’édition-intégration de solutions de gestion d’entreprises spécialisée en Finance-CPM et paie-RH-HCM pour les PME, ETI (entreprises de Taille Intermédiaire) et Grands Comptes.

Talentia Software fait partie désormais du top 20 des sociétés françaises éditrices de logiciel RH et connaît une belle croissance qui s’accompagne notammenet d’un développement toujours plus international.

Le groupe a affiché une croissance en 2014 de 1,2% dans un contexte économique difficile où la concurrence est rude, et affiche pour 2014 un CA un chiffre d’affaires de 54,3 millions d’euros. La gestion financière du group est saine puisque son EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization, c’est à dire le profit généré par l’activité de l’entreprise) de 10,3 millions d’euros, contre 10,1 millions d’euros l’année précédente.

« Nos résultats sont en ligne avec les objectifs, pour la 8ème année consécutive, malgré une conjoncture toujours défavorablement impactée par la crise, et valident les choix stratégiques du groupe Talentia Software » déclare Bernard Peugnet, directeur financier du groupe. « La progression de nos filiales est constante et forme le socle nécessaire sur lequel va s’appuyer notre future croissance avec notre offre produits qui, grâce à notre R&D de 90 ingénieurs européens, évolue en permanence pour s’adapter aux besoins des marchés. »

Le groupe prévoit de déployer à l’international de manière organique mais aussi envisage la possibilité de se développer via des acquisitions futures, et souhaite encore progresser sur le développement et l’édition de solution de logicielles là où il est déjà présent. Le chiffre d’affaires de Talentia Software à l’international représente un quart du CA global du groupe, Le chiffre d’affaire Edition atteint en 2014 25,7 millions d’euros, et l’activité liée au Saas affiche quant à elle un chiffre d’affaires de 6,6 millions d’euros (croissance à 2 chiffres!).

Avec ses solutions Talentia CPM (gestion de la performance financière pour les entreprises afin de répondre aux enjeux des directions financières), et Talentia HCM (gestion du capital humain pour contribuer au développement de l’entreprise), la société Talentia Software souhaite proposer à ses clients une palette de solutions complète et modulaire : produits disponibles dans les principales langues européennes, en mode Saas ou ou en mode licence.

Zendesk : Ce que l’analyse de 18 milliards d’interactions avec des clients nous apprend…

Logiciel (2015/04)

Zendesk, le logiciel de service client qui monte qui monte a partagé une analyse intéressante menée sur la base d’informations collectées par ses soins. Lire la suite