Les clés pour réussir un projet big data et analytics selon Cap Gemini

Article mise à jour le: 13 avril 2015

Prenez un instant avant de commencer la lecture (merci!) pour découvrir mon nouveau projet: Vous êtes une PME et souhaitez analyser vos données commerciales, sans investir beaucoup ni embaucher un data scientist? DataInsightOut est fait pour vous! Venez en apprendre plus sur le site et consulter le blog.

Commencer l'analyse de données

Une étude très intéressante produite par la société de conseil Cap Gemini concernant le Big data et l’analytics est récemment sortie. Voici quelques conclusions de l’étude.

Le Big Data: une réalité de plus en plus concrète à l’implémentation difficile

Même si seulement 13% des entreprises interrogées par Cap Gemini se targuent d’avoir finalisé leur projet Big Data, l’étude souligne que les grandes entreprises ont dépensé plus de 31 milliards de dollars en 2013 et que ce chiffre devrait augmenter de manière spectaculaire pour atteindre les 118 milliards dès 2018. L’ère du big data n’en est qu’à ses débuts.

Le graphique montrant l’intérêt du terme « big data » dans les moteurs de recherche (google trend) depuis quelques années est impressionnant: plus de 60% des cadres pensant toujours selon cette étude que le big data va créer des effets de rupture dans leur industrie dans les prochaines années.

Paradoxalement, face à cette tendance, les cas de succès sont encore rares dans les entreprises. La matérialisation du big data ne semble pas aller de soi dans la plupart des entreprises.

L’étude retient quatre points bloquants:

  • des datas en silos et donc non unifiés, faisant perdre beaucoup de temps sur quelles sont les sources de vérité avant de produire le moindre insight. Les débats sur la qualité intrinsèques des datas prennent le pas sur les informations business.
  • Une mauvaise coordination des initiatives des équipes analytics  avec des équipes souvent éclatées n’arrivant pas à partager les meilleures pratiques en la matière alors que les compétences sont mufti-facettes et nécessitent l’intervention de services comme la finance, l’informatique, d’ingénieurs, etc…
  • Un manque de bons use case (applications concrètes) pour le Big data
  • Le poids toujours important des anciens systèmes dans le traitement des données là où dans la majorité des cas, le cloud et l’open-source restent souvent dans les discours.

Les pistes pour une bonne implémentation du Big Data dans les organisations

L’étude s’est intéressée à analyser la structure des organisations et la place que jouait les équipes en charge du Big Data. Sans grande surprise, les organisations qui ont adopté une structure centralisée pour le big data et l’analytics affichent des taux de succès plus hauts que les entreprises ayant opté pour une structure plus ad hoc ou décentralisée de ce pôle de compétence.

La culture de l’analyse et du chiffre dans la prise de décision doit être un facteur top down. Le management doit montrer l’exemple et nommer clairement les personnes en charge. Avoir une approche organisée et planifiée du big data est aussi un facteur de succès – plutôt que qu’une politique non structurée par tâtonnement. La formation des équipes est un autre facteur clé de succès de façon à intégrer l’analyse et les chiffres dans la routine des managers.

L’étude offre d’autres conseils dans la mise en place d’un projet analytics et big data sans oublier la question de la sécurité des données chiffrées. Vous trouverez à la fin du document une échelle rapide censée vous indiquer après avoir répondu à quelques questions quelle est l’aptitude de votre entreprise à réussir son projet analytics.

L’étude dans sa globalité (publiée en anglais) peut être retrouvée sur ce lien

Cliquez, partagez!

Le coin des achats professionnels