Le Growth Hacking

Article mise à jour le: 19 août 2016

La dernière tendance venue de la silicon valley est le Growth Hacking. Le growth hacking, c’est littéralement rechercher par tous les moyens la croissance.

code

Le growth hacking: definition et fonction

Le growth hacker est souvent un profil qui se rapproche du chef de produit (product manager) mais qui lui, ne va pas se concentrer sur le produit, mais sur la croissance de la société. Il se distingue du chef de produit, car souvent beaucoup plus technique ce dernier et clairement pas objectivé sur la même chose. Les growth hackers ont généralement de fortes compétences en programmation, ce qui leur permet d’imaginer les « hack » qui serviront à la croissance de leur société.

Pourquoi le growth hacking ?

Le constat de départ est simple. Les start-ups n’ont pas les moyens pour rivaliser par rapport aux grandes entreprises en terme de budget marketing. Impossible de se payer de l’affichage 4×3 aux quatre coins de la rue, de s’offrir d’onéreuses campagnes de remarketing sur tous les sites internet de France.

Non, les start-ups se doivent d’être créatives pour organiser leur croissance, faire grossir leur audience et leur base d’utilisateur. Là où le chef de produit va réflechir aux features du produit, le growth hacker va chercher par tous les moyens à introduire de la viralité dans le produit. Le groth hacker va élaborer des mécaniques qui vont lui permettre d’organiser la croissance la plus rapide possible de l’entreprise. Une fois la mécanique au point, il cherchera à la scaler, c’est à dire, à la répéter (via de l’automatisation) à grande échelle. L’automatisation se fait à coup de lignes de code. Et on flirte quelque fois avec l’immoralité.

Quelques exemples de growth hacking

Les exemples que vous pourrez lire partout sur l’internet seront souvent les mêmes. Hotmail, qui en 1998 avait boosté son produit Hotmail en introduisant un petit lien en bas de chaque email envoyé pour en faire la promotion gratuitement, AirBnB qui avait automatisé des scripts permettant de diffuser chaque annonce sur le site de petites annonces Craiglist. Ou encore Google qui avait eu l’idée de mettre aux enchères ses mots clés à partir de …. 1 dollar, quand Yahoo vendait des millions chaque pixel de sa homepage aux annonceurs.

Cela avait permis aux multinationales, vendeurs online, vendeurs off line, aux fleuristes de quartier,  de faire leur publicité sur le moteur de recherche et in fine de faire monter rapidement les enchères.

Typiquement, un genre de hack de growth hacking était ce script développé par reportingbusiness.fr expliqué dans cet article.

Comment faire du Growth Hacking ?

Comme vous l’aurez compris, il s’agit surtout d’un état d’esprit. Quelques principes émergent néanmoins. Chercher la croissance avec peu de moyens demande quelques traits de caractères.

  • Chercher les sites, blogs, endroits où sont vos clients.
  • Mettre en place des mécaniques permettant de toucher vos clients
  • Automatiser le plus possible pour accélérer le mouvement de croissance
  • Être curieux et créatif pour trouver de nouveaux hacks. Les hacks ne se trouvent pas dans les livres (les bonnes techniques, personne ne les partagera au risque de les rendre inutilisables)
  • Utiliser intensivement les données pour tester, recommencer encore et encore

Le growth hacking est un état d’esprit, résolument fait pour les caractères qui aiment le sens de l’entreprise. Avec à la clé souvent de belles surprises. Et nous ne sommes qu’au début de cette tendance.

Cliquez, partagez!

Le coin des achats professionnels