3 entreprises qui ont su réinventer leur business model

L’économie va vite et le monde change rapidement. Si certains business model ne résistent pas aux évolutions technologiques, ce n’est pas pour autant que les entreprises doivent mettre la clé sous la porte. Retour sur trois entreprises qui ont su se réinventer avec plus ou moins de succès malgré les évolutions technologiques.

apple

Apple

Apple était aux abois avant le retour de Steve Jobs. Au milieu des années 90; la guerre avec microsoft sur l’ordinateur personnel était perdue, le géant de Seattle était alors au zénith de sa gloire: lancements des Windows en gros show, U2 à la composition des musiques de lancement du logiciel et Bill Gates à la une de tous les magasines économiques. Tous les meilleurs développeurs voulaient travailler là et Apple vivotait pendant ce temps là.

L’intelligence de Jobs à son retour aux manettes de l’entreprises à la pomme a été de reconnaître cette défaite et de se lancer sur d’autres marchés: musique avec la lancement triomphal de l’iPod et de sa boutique iTunes, un nouveau look pour les ordinateurs avec les eMac colorés en bleu, rose, vert, orange, violet et ainsi de suite puis surtout le lancement de l’iPhone.

L’entreprise a su capitaliser sur ses forces: sens aigu du marketing et du design, capacité d’innovation, socle technologique résolument tourné vers les consommateurs finaux.

Après des années de capitalisation boursière record, le challenge d’Appel est maintenant de se réinventer une nouvelle fois pour surprendre ses consommateurs dans une guerre qui s’annonce de plus en plus difficile avec Samsung.

Dans le cas d’Apple, il s’agit d’un changement de business model via un changement de produits.

Lego

La firme a été fondée à la fin des années 60 et a commencé à connaître de sérieuses difficultés vers la fin des années 90 et le début des années 2000. Plusieurs phénomènes ont joué en défaveur de la firme à ce moment là.

D’une part, l’entreprise travaillait avec plus de 11 000 fournisseurs – plus que Boeing utilisait pour fabriquer ses avions! Pas évident dans ce cas de s’y retrouver dans cet environnement. Au même moment, la compagnie subissait une concurrence par les coûts de jouets produits en Asie mettant une pression plus forte sur les prix. Troisième effet négatif était l’arrivée du digital dans les comportements de jeu des enfants.

Un nouveau CEO est arrivé, Jorgen Vig Knudstorp, et a commencé par un gros travail de rationalisation de la supply chain et de ses chaînes de production. La première étape était de sécuriser la firme et de garantir la survie de l’entreprise. Le nombre de pièces uniques a été de manière logique réduit et de nouveaux capitaux apportés.

De nouvelles méthodes de production et surtout de travail avec les consommateurs et les designers ont été développées avec une stratégie d’acquisition de licences (Star Wars…) partant du principe que l’écran faisait partie de la vie des enfants qui voulaient en conséquence logique prolonger l’expérience par le jeu dans le monde réel. Cette stratégie d’ in-licensing fut décisive pour Lego est porta rapidement ses fruits ainsi que le retour « back to roots » -la brique- opéré.

En 2009, Lego réalisa le bénéfice record de son histoire: 181 millions d’euros.

Sega

Souvenez-vous. Dans les années 80, la guerre faisait rage entre Mario le plombier et Sonic le hérisson. Il faut croire que la clé à molette fut la plus forte, Sega ayant complètement disparu des constructeurs de console, certains pensant même que l’entreprise n’existe plus aujourd’hui.

La société qui aurait pu couler très vite a fait le choix – pas forcément porteur mais cela a permis à l’entreprise de survivre- de se concentrer non plus sur le hard mais sur le soft, en passant du côté de l’édition de jeux vidéo – notamment pour mobile, tournant sur les consoles de ceux qui furent ses concurrents mais aussi sur iPhone ou Android.

Les jours de gloire sont maintenant loin mais dans cet univers ultra-concurrentiel du jeux vidéo où l’échec du lancement d’une dernière console peut coûter sa place sur le marché d’une entreprise, Sega a fait un autre pari stratégique et du coup un changement brutal de son business model pour finalement survivre.

Vous recherchez un analyste avec une solide expérience dans l'analyse de données pour vous une ou plusieurs missions freelance? Découvrez mon profile sur upwork ou directement sur Linkedin